S’abonner

Inscrivez-vous à notre newsletter

Subscribe elementum semper nisi. Aenean vulputate eleifend tellus. Aenean leo ligula, porttitor eu, consequat vitae eleifend ac, enim. Aenean vulputate eleifend tellus.

Subscribe elementum semper nisi. Aenean vulputate eleifend tellus. Aenean leo ligula, porttitor eu, consequat vitae eleifend ac, enim. Aenean vulputate eleifend tellus.

Claudius LINOSSIER (1893-1953)

Alors qu’il travaille déjà tout jeune le métal, il va ensuite travailler chez le maître dinandier Jean Dunand. Auprès de ce dernier, il entrevoit toutes les perspectives d’un art que l’un et l’autre allaient vivifier et rénover.

Voulant aller plus loin dans ses recherches, Linossier finit par quitter Paris pour retourner dans sa ville natale à Lyon. Il obtient un grand prix à l’Exposition Internationale de 1937.

Linossier participa régulièrement à des expositions internationales.

La dinanderie, tout comme le tissage, est un métier difficile. La technique du métal est primitive et dure : l’artisan, en battant au marteau sur l’enclume la feuille de métal lui impose une forme qui lentement s’élève et se tire.

Les formes inventées par Linossier sont simples : vases ronds, coupes, plats. Le décor lui-même est conçu en fonction de cette forme dont il met en valeur les rythmes essentiels.

Linossier n’a jamais recours aux émaux ni aux laques. Par une technique très personnelle, se décors sont constitués par des incrustations de métaux qu’il patine un temps à l’acide, puis, renonçant à ce procédé trop instable, il adopte définitivement l’oxydation au chalumeau.

Cf. Mobilier et Décoration, 5 juin 1954.

Important vase

Claudius LINOSSIER