S’abonner

Inscrivez-vous à notre newsletter

Subscribe elementum semper nisi. Aenean vulputate eleifend tellus. Aenean leo ligula, porttitor eu, consequat vitae eleifend ac, enim. Aenean vulputate eleifend tellus.

Subscribe elementum semper nisi. Aenean vulputate eleifend tellus. Aenean leo ligula, porttitor eu, consequat vitae eleifend ac, enim. Aenean vulputate eleifend tellus.

Jean-Michel FRANK (1895-1941)

Malgré une production relativement restreinte, ce décorateur atteint la notoriété dans les dernières années qui précèdent la Seconde Guerre mondiale.

Dès 1927, il attire cependant l’attention par deux salons aménagés chez le Vicomte de Noailles. Le décor et le mobilier de ces pièces caractérisent sa manière : style, calme, sobre, à la fois lyrique et distingué, angles droits, recherche de matières raffinées et de subtils effets décoratifs.

 

Vers 1930, avec Adolphe Chanaux, Jean-Michel Frank aménage son appartement du 7 rue de Verneuil à Paris. Cette collaboration entre les deux hommes va désormais se poursuivre, et c’est dans l’atelier de Chanaux, à la Ruche, dans le 15e arrondissement de Paris, que sont exécutés leurs meubles.

Frank et Chanaux ne font l’objet d’aucune publicité, ne figurent habituellement dans aucune exposition. Leur mobilier est destiné à une clientèle restreinte et fortunée parmi laquelle Elsa Schiaparelli, Jean-Pierre Guerlain, ou encore Nelson Rockfeller.

 

En 1932, Frank ouvre, avec Chanaux, une boutique rue du Faubourg-Saint-Honoré. En 1939, alors que la guerre menace de nouveau, il se rend à Buenos Aires puis s’installe à New York, où il met fin à ses jours en 1941.

 

Cf. P. KJELLBERG, Art Déco, Les maîtres du mobilier, Le décor des paquebots, Ed. de l’Amateur, Paris, 2000, p. 100 à 103.